Amour de Michael Haneke (2012)

D’une certaine manière, l’accueil cannois ultra enthousiaste pour Amour était comme acquis à l’avance. Haneke met toute son intelligence et son génie de cinéaste pour une histoire simple et sensible qui est aussi la réunion de deux légendes du cinéma. Toujours est-il qu’on est jamais sûr de rien et qu’il fallait confirmer l’attente générée par le film.

Anne (Emmanuelle Riva) et George (Jean-Louis Trintignant) sont un couple bourgeois d’octogénaires à Paris. Ils vont à l’Opéra, dissertent sur les oeuvres qu’ils voient, bref ils ont une vie sociale et culturelle épanouie. Ils sont chacun dans une belle forme mais un matin, Anne est victime d’un premier accident cérébral. Leur quotidien s’en trouve bouleversé et George, avec tout l’amour qu’il porte pour son épouse, va prendre soin d’elle et l’accompagner jusqu’à sa dernière demeure.

L’histoire se déroule essentiellement dans le huis-clos du vaste appartement bourgeois d’Anne et George. Le décor offre ainsi tout l’espace et le confort nécessaire à Haneke pour déployer ses caméras et produire de la mise en scène. La réalisation d’Haneke est élégante, mais discrète car sait rester humble et pudique par rapport aux personnages. La photo de Darius Khondji offre des contrastes sublimes qui font aussi toute la beauté du métrage.

Le film n’a rien d’obscène ou de malsain et se déroule en toute subtilité et sans aucun chantage à l’émotion. Haneke rend hommage à la dignité de ses deux personnages et il est pour cela bien servit par des acteurs qui, s’ils sont devenus rares avec les années, ont toujours cette prestance et cette grandeur dans leur jeu. Accordons quand même une mention spéciale à Jean-Louis Trintignant, parce qu’on se rend compte qu’il a énormément manqué au cinéma ces quinze dernières années.

Avec Amour, Haneke dévoile une nouvelle facette de sa sensibilité. Réputé pour ses films durs et cruels, violents et dérangeants, parfois manipulateur aussi, le cinéaste change cette fois de registre et offre un film doux, apaisé, remplis d’un amour pur et magnifique. C’est à n’en pas douter l’un des grands films de 2012, et une oeuvre qui marque les esprits.

Benoît Thevenin

Amour ****

Sortie française le 24 octobre 2012

Lire aussi :

  1. Le Ruban Blanc (Das Weisse Band) de Michael Haneke (2009)
  2. Funny Games U.S. de Michael Haneke (2008)
  3. Benny’s video de Michael Haneke (1992)
  4. Funny Games de Michael Haneke (1997)
Email

Laisser une réponse