Le Marin masqué de Sophie Letourneur (2011)

Après La Vie au Ranch, Sophie Letourneur retourne au court-métrage, mais n’abandonne pas pour autant ses copines. Elle embarque son amie et assistante Laetitia Goffi et tourne en trois jours, le temps d’un week-end, Le Marin masqué, soit l’occasion pour la cinéaste d’expérimenter quelques procédés et de s’amuser sans prendre trop de risque.
Le Marin masqué est le récit d’un souvenir. Sophie et Laetitia dans – a priori – leur propre rôle, laissent leurs problèmes affectifs à Paris et rejoignent Quimper en voiture pour se changer les idées. Sur place, Laétitia se remet en quête du Marin Masqué, un mystérieux amour de jeunesse qui aurait pu être l’amour de sa vie.

Le film, tourné en noir&blanc HD, offre surtout la particularité d’offrir une bande-son entièrement reconstituée en post-synchro. Manifestement, la volonté de Sophie Letourneur est de travailler d’abord le son. La voix off se mélange aux dialogues reconstitués et aux trucages sonores volontairement grossiers, le tout dans un même élan, et avec en conséquence un effet de décalage qui crée les situations comiques. Sophie Letourneur mise beaucoup sur les répétitions en tout genre : allitérations dans les dialogues, utilisation récurrente de Emmenez-moi de (mais pas par) Charles Aznavour et Word dont’ come easy de F.R David, cette dernière en format midi parfois…Le kitch musical des années 80 associé à une succession de détails triviaux font tout le sel d’un film qui ne se prend pas au sérieux et condense assez d’énergie pour séduire.

Difficile aussi de ne pas penser à Bref, le programme-court de Canal +, auquel Le Marin masqué fait inévitablement penser, bien que le court de Sophie Letourneur eut été réalisé avant diffusion du programme de Canal. Les deux optent pour un même style de narration (voix off et dialogues mélangés), s’adressent à une même cible, plutôt trentenaire parisienne, et se rejoignent aussi sur la vacuité/trivialité de ce qu’ils racontent.

B.T

Le Marin masqué ***

Lire aussi :

  1. Ames en stock (Cold Souls) de Sophie Barthes (2010)
  2. Palmarès du 26e festival international du film Entrevues Belfort
  3. The Color wheel de Alex Ross Perry (2011)
  4. Nana de Valérie Massadian (2011)

5.

Email

Laisser une réponse